Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de l'Andeva

Après 16 ans de bons et loyaux services, le Caper du Giffre ferme ses portes.

30 Novembre 2022, 15:20pm

 

Le caper du Giffre a tenu le vendredi 18 novembre 2022 une assemblée générale extraordinaire pour annoncer sa dissolution. Roland Glière, son président depuis les débuts en 2007, aujourd’hui malade et diminué, ne se sentait plus l’énergie de continuer et personne d’autre ne se sentait capable de reprendre le rôle. Dès lors, la décision de mettre un terme à l’activité de l’association était devenue inévitable. Ce fut cependant l’occasion de fêter une dernière fois le travail, le dévouement et la fidélité de Roland, le grand homme du Caper qu’il a tenu à bout de bras pendant 15 ans. 

Avant le Caper, il y avait l’usine.

Créée en 1884 dans la vallée du Giffre, entre Saint-Jeoire et Marignier, par Jules Barrut, l’usine s’installe grâce à la capture d’une chute d’eau et la création d’un barrage. Initialement créée pour la fabrication du carbure de calcium, elle se lance ensuite dans celle du ferro-silicium, puis du ferrochrome. D’usine électrochimique, elle se transforme en établissement électrométallurgique. Et avec un succès certain : pendant la première guerre mondiale, elle représente à elle seule 57% de la production nationale de ferrochrome.

En parallèle, cette activité industrielle entraine dès le début du 20ème siècle la création d’une société immobilière d’habitations ouvrières, de plusieurs lotissements et même d’une école intercommunale. C’était le vieux temps de l’industrie paternaliste. En 1938, le personnel de près de 500 personnes provient des 15 communes environnantes

Récupérée par la compagnie Pechiney en 1972, son activité culmine alors avec une production journalière de 100 tonnes d’alliage très sophistiqué.  

« L’amiante servait principalement de protection thermique », se souviennent Roland et Alain Magliocco, trésorier du Caper. « Les fours étaient alimentés par des électrodes protégées par de l’amiante ; tout comme nos équipements. Mais on en trouvait aussi dans les filtres à poussières et dans les manchettes de protection des fûts. ».  

L’usine Pechiney ferme ses portes le 31 mars 1994 alors qu’elle emploie encore 265 personnes. Douze ans plus tard, en juillet 2006, le Caper ouvre les siennes avec le soutien de l’Andeva et l’objectif annoncé de soutenir les anciens de l’usine exposés à l’amiante. En leur permettant d’obtenir les fiches d’exposition à l’amiante tout d’abord, puis en aidant les victimes qui sont progressivement apparues par la suite, à la faveur de la longue période de latence des maladies de l’amiante.

Alain Magliocco, Roland Glière et Chantal Rubin

La fin émouvante d'une belle histoire.

Ce vendredi 18 novembre 202, le bureau du Caper constitué de Roland Glière, Alain Magliocco et Chantal Rubin la secrétaire, avait réuni le chorum prévu par les statuts pour clore cette belle aventure longue de 16 ans. Tous les fidèles et ceux qui avaient bénéficié de l’aide du Caper avaient répondu présents au boulodrome de Marignier. Pour l’occasion, les trois membres actuels du bureau avaient invité Hélène Boulot, directrice de l’Andeva, et Patrice Raveneau qui s’était déjà déplacé plusieurs fois aux assemblées de cette association dont il appréciait l’accueil.

Après que tous les votes aient été validés par l’assemblée, la journée s’est poursuivie par un pot de l’amitié et un repas pris sur place. Nous n’oublierons pas de sitôt l’émotion de Roland et de ses amis au terme de cette journée qui marquera certainement et pour longtemps les habitants présents de la vallée du Giffre.  

Après 16 ans de bons et loyaux services, le Caper du Giffre ferme ses portes.
Après 16 ans de bons et loyaux services, le Caper du Giffre ferme ses portes.
Après 16 ans de bons et loyaux services, le Caper du Giffre ferme ses portes.
Après 16 ans de bons et loyaux services, le Caper du Giffre ferme ses portes.
Après 16 ans de bons et loyaux services, le Caper du Giffre ferme ses portes.

Commenter cet article